Read The Knight by Pierre Pevel Didier Graffet Tom Clegg Online

the-knight

The High Kingdom is facing its darkest hour. Its King has been weakened by illness and many are discontent with the Queen’s regency. As rebellion rumbles throughout the land, new threats are massing forces at the realm’s borders.Desperate, the King decides to free Lorn, who has spent the past 3 years locked away on trumped-up charges in the citadel of Dalroth. Acting on thThe High Kingdom is facing its darkest hour. Its King has been weakened by illness and many are discontent with the Queen’s regency. As rebellion rumbles throughout the land, new threats are massing forces at the realm’s borders.Desperate, the King decides to free Lorn, who has spent the past 3 years locked away on trumped-up charges in the citadel of Dalroth. Acting on the advice of a mysterious emissary of the Dragon, he dubs Lorn ‘Knight of the Onyx Throne’, making him the upholder of royal authority.Lorn accepts the King’s mission but also hunts those responsible for his imprisonment. Reinstating the Onyx Guard, a once-powerful elite force, he becomes a new figure of hope for his people. But some take a dim view of his growing popularity and influence, and they are busy plotting his downfall.If he foils his enemies, will he assume the role of champion that the Dragon’s Council of Emissaries have been seeking, the one capable of facing the Black Dragon? He must first confront an evil that gnaws at him ever since he was exposed to the Dark at Dalroth, which now threatens to overwhelm him....

Title : The Knight
Author :
Rating :
ISBN : 9780575107977
Format Type : Paperback
Number of Pages : 544 Pages
Status : Available For Download
Last checked : 21 Minutes ago!

The Knight Reviews

  • Blodeuedd Finland
    2018-11-15 02:05

    First, all I can think about is the ending, but we will get back to that later.Lorn was a celebrated knight, now 3 years later he is freed from prison. A hellish prison that has left him eternally marked by darkness. And by darkness I actually mean darkness. The dark is a force not to be played with. It can turn you, it can kill you. Not to mention sitting in a shitty prison for 3 years is hell too.The kingdom is in turmoil (all good kingdoms are ;). The king is sitting in his citadel, half dead and hiding. The princes are...well princes, and one seems promising. The queen has the power and the dukes wants to rebel. And all while another nation wants to take land back they lost. The usual stuff then, politics, war, death, destruction, dark powers, and just awesomeness!I could not stop reading, I got caught up in Lorn's story, he was such an unwilling hero. He was so angry. I wanted to know why he had been in prison. I wanted to know why he had to save the land.But then came the ending. I sat up in bed and said wtf, wtf...WTF!? That was an evil ending. That ending was too evil. That ending was brutal. It had me going to goodreads at once and reading the French blurb for book 2 (as this is a translation and book 2 has not been published yet.) I need book 2 now, I even thought about reading it in French for a second, but then I remembered I only took that beginner's class.So, an evil ending (if you had not realised that by know). A great tale, interesting world, and I want more.

  • Rebecka (is hilarious, shut up)
    2018-12-11 22:51

    In this book, Pierre Pevel flirts boldly with the fantasy of 30 years ago, which is to say, quite literally knights in shining armor. He dangles one of them before us in the prologue - a dashing and honorable young man, in love with a fair maiden and desiring only to fight for his king - only to snatch him away, dash his armor and kick him around in a muddy puddle. On the other side emerges our protagonist; a hero who often seems more like the villain.Lorn is an intriguing and complicated character whom I loved reading about. He is so full of anger and mystery - and certainly not your typical hero, something that always scores points with me as I'm apt to root for the villains. A very original twist to the classic fantasy hero, indeed.I'm really hoping to see more of the different cultures in the next book... Okay, let's all admit it, by "cultures" I mean "Skandish warrior queens". They sound like something right up my alley.Though there is some issues with the translation, I feel Pevel has a real talent for writing and could truly pull me in from the first page. But that ending? Not cool, Pevel. Not cool at all. And the next book isn't translated from bloody French yet, you say? This simply will not do.

  • Liviu
    2018-12-15 00:57

    The Knight is very impressive stuff and its sequel (The Heir) which will appear in French in November became a huge asapWhile the story is not that original and the translation a bit iffy especially in the beginning, the book works magnificently as it has the right amount of dark stuff and more traditional such, the main character and a few others are quite interesting, the world is fascinating and there are quite a few twists and turns including the endingbelow I include the right blurb as the one on Goodreads is not quite correct and the storyline follows pretty much what is there, though I would say that the emphasis for most of it is on Lorn trying to "get it right" and use the implied regal power to build a power base that is popular but also acceptable to the many poles of power in the kingdom and the world (internally there is the Queen regent and her first minister who may or may not be fully on her side, the oldest prince who is presumed heir, though he is only the Queen's stepson, while her natural son and Lorn's friend, the dashing, but drug addicted, Alan, is obviously her favorite, then the high nobility with its own cabal, the lower nobility with its own leaders, the city militias etc, not to speak of the ailing and isolated but still commanding respect king, while externally there are dragons, good and bad, dracs, other countries, etc..)as mentioned a few shocking twists and a very surprising ending that begs the sequel asap; top 25 for the yearCorrected Blurb:"The High Kingdom is facing its darkest hour. Its King has been weakened by illness and many are discontent with the Queen’s regency. As rebellion rumbles throughout the land, new threats are massing forces at the realm’s borders.Desperate, the King decides to free Lorn, who has spent the past 3 years locked away on trumped-up charges in the citadel of Dalroth. Acting on the advice of a mysterious emissary of the Dragon, he dubs Lorn ‘Knight of the Onyx Throne’, making him the upholder of royal authority.Lorn accepts the King’s mission but also hunts those responsible for his imprisonment. Reinstating the Onyx Guard, a once-powerful elite force, he becomes a new figure of hope for his people. But some take a dim view of his growing popularity and influence, and they are busy plotting his downfall.If he foils his enemies, will he assume the role of champion that the Dragon’s Council of Emissaries have been seeking, the one capable of facing the Black Dragon? He must first confront an evil that gnaws at him ever since he was exposed to the Dark at Dalroth, which now threatens to overwhelm him."

  • Ivan Bogdanov
    2018-11-17 18:43

    Изненадващо добро френско фентъзи. Много интересно изграден свят. Добър стил, интересно действие.Четох две нощи почти нон стоп. Силно препоръчвам книгата и чакам следващите.

  • Lulai
    2018-11-19 22:52

    J'ai beaucoup aimé ce premier tome, l'univers est vraiment bien, la mythologie créée ici est impressionnante et donne envie d'en découvrir plus, on se rend compte rapidement que l'auteur en a sous le pied.Lorn est le personnage le plus ambigu que j'ai pu lire et j'ai beaucoup aimé.Cette fin est rude pour le lecteur et donne encore plus envie de lire le prochain livre.

  • Kaunaz Isa
    2018-11-18 17:46

    With a theme so attractive and full of potential, one would expect at least a mediocre fantasy. Instead he gets rather long manual of how not to write a novel. Characters and their motivations are so flat and unbelievably naïve you want to laugh (or cry). The battles and fights lack any type of logic and the same goes for strategies, political machinations, etc. Everything happens just because the writer wishes it. No either explanation makes sense. The whole story is so full of mystery and new terms that a reader will not understand until he reads a hundred more pages (full of more confusion).Moreover, the Czech translation is basically the same disaster as the story itself. I can only hope that the book is at least readable in other languages.

  • Jasper
    2018-11-19 17:36

    Originally posted at: http://thebookplank.blogspot.com/2015...I received this book for reviewing a few months ago but got lost in the pile, when I was sorting my books it suddenly popped up and scanning the first page I couldn't stop reading. The Knight is a perfect example of how of just how Epic Fantasy has to be. This is my first book by Pierre Pevel, he has written one series before High Kingdom, The Cardinals Blades and this kind of has become a must read for me as well, with what Pierre Pevel shows in The Knight. This book and the High Kingdom series have been acquired by Gollancz, since Pierre Pevel writes in French these books take more time to publish since they have to be translated into English. But trust me well worth the wait. The Knight begins with a prologue taking place a few years before the actual timeline of the story and shows Lorn Askarian doing his thing, later when the story skips a few years you find out that Lorn has been imprisoned in the most terrible place, the prison of Dalroth where few people survive and even fewer leave and even fewer leave sane. There is a Dark presence in this place that corrupts the souls of people. Lorn was imprisoned because of his treachery towards the King and High Kingdom. But now with new threats appearing at the boarders of the High Kingdom and within the King's own people there is only one person suited to cause a change, Lorn Askarian, he is absolved from his chargers by the King himself, who first imprisoned him. Lorn is also granted the most prestigious title of the High Kingdom that of Knight of the Onyx Throne, which gives him a lot of free space to act everything he does is in the name of the King, but he doesn't have to report to anyone. He isn't the left or right hand of the King, no he is it, he is the King. Now that Lorn is given this new title the story only starts, Lorn calls back into action the Onyx Guard, using this force to quell any threats. But dont think that everything is saved with calling back into action the Onyx Guard, this is just the beginning as Pierre Pevel also involves some very cleverly constructed political games and intrigue because the wife of the King, the Queen has plans of her own. Lorn is in for quite a lot and if all these things weren't enough, Lorn has demons to battle of his own, the Dark that has inflicted him and also one aspect that marks him as a most interesting character, he is out for revenge and what he has done so far shows that he is a dangerous character to mess with. The story of The Knight is an amazing piece of work. I read the English translation and not the original French so I can't say how the translation is but judging solely on the English version, Pierre Pevel's writing is solid and will get you excited to read and continue reading until the book is finished. The writing style used is something of a lyrical prose. Though the storyline is quite heavy, Pierre Pevel brings over his story in a very clear and understanding manner, not making the story hard to digest but easy to get into and get lost in. This is something of a gift that only few authors have. Here also comes into play on who Pierre Pevel uses the lay out of the book. You could clearly see that The Knight is the first book in a series, Pierre Pevel takes enough time to build up the world and the characters within. But not giving you one infodump after the other, no he triggers you to think about it. For example he mentions that with being granted the title of Knight of the Onyx Guard comes great responsibility, but it took quite a long time until you found out what it exactly meant. It's these kind of triggers that kept me hooked to the pages.As mentioned the focus in The Knight is on the protagonist Lorn Askarian. The prologue left me with a lot of questions of interest about Lorn and the story in general and then seeing the timeline skip and introducing a prisoner with no name. The way that Pierre Pevel showed the imprisoned Lorn and how he was changed was done just perfect, Lorn being imprisoned for three years in the depths of Dalroth, couldn't stay unchanged and this is precisely what comes to show. When he is absolved and set to be released from Dalroth, Lorn is skittish and doesn't trust the people who are about to set him free. He acts and tries to escape himself and this moment is still lingering in the back of my mind. Very emotional and very realistic. And this is also the continuation of Lorn's character all throughout the book. He knows what he is doing and for what but the Dark has left his mark and he has to fight this demon, added to this comes the fact that he wasn't fairly treated and his imprisonment in Dalroth was unjust. As I said, he wants revenge and that is and will always be a dish best served cold... The world that Pierre Pevel starts to show in The Knight is dynamic and just plain cool. It is an Epic Fantasy inspired world with magic, dragons, wyverns and much more. Normally when these elements feature in a book they are often the focus of the story. In The Knight this is a bit different. Pierre Pevel uses magic and these creatures to dress his story, weaving them in the background cleverly so that they remain just that bit obscure, triggering you again to find out more about them. BUT. He also isn't afraid to put them in the spotlight every now and then, giving a very heated confrontation with them and showing just how deadly these beings can be. These confrontation aren't all aimed at fighting, there is also a high factor of intrigue and betrayals in it. A most interesting world to say the least. I can only slap myself for not having read The Knight sooner. It isn't a books that received a lot of attention but which it does deserve. I think a lot of people don't know of this book or heard of Pierre Pevel ( I had the same to be honest *slaps self*), but do trust me that The Knight is a great book. It's like somewhat of an underdog book. The world that Pierre Pevel shows in The Knight is most interesting and added to this comes a very real character and an unexpected story. The Knight ends on something that makes you wish you could pull the French book through google translate. The Heir, sequel to The Knight, has just become one of my anticipated reads for 2015.

  • Nicolas
    2018-12-06 21:49

    Ce roman raconte l'histoire de Lorn OnsenFout, chevalier de haut-royaume, reconnu coupable de haute trahison, puis sauvé de sa prison pour restaurer le lustre de ce fameux Haut-Royaume qui en a bien besoin, puisqu'il est mené à la déreliction par ... la reine.Pour être honnête, je ne m'attendais pas à ce genre de choses de la part de l'auteur, qui avait, avec le le chevalier de Wieldstadt et Les lames du Cardinal fourni deux très belles trilogies. Ici, on baigne nettement dans le bain de Michel Robert, le sexe en moins. Et franchement, si j'ai arrêté de lire les oeuvres de ce dernier, je ne vois pas pourquoi je lirai quoi que ce soit d'approchant. Et tout y est ici : le sombre héros marqué par un Destin plus grand que nature, les ennemis qui complotent dans l'ombre, les alliés qui ne sont jamais aussi nombreux ni aussi forts que les ennemis, mais qui sont sauvés par un héros aux compétences martiales proprement surnaturelles. Ah, j'oubliais aussi l'amour perdu et les relations difficiles avec l'autre sexe. Quand on met tout ça bout à bout, on obtient ... une espèce de roman pour adulescent pas remis de la lecture d'Elric. Or je ne rentre vraiment pas dans cette case. Du coup, ce genre de roman me semble d'une bêtise ridicule et grand-guignolesque, et évidement, je n'approuve qu'assez peu.

  • Ubiquitousbastard
    2018-11-19 22:39

    Firstly, I don't like this book nearly as much as I like the Cardinal's Blades series. I think that this was a little more serious and dark, and what I liked about the other series was its almost campy plots and old-fashioned feeling. I do like dark books with ambiguously moral characters, but not quite so much here. I really never connected with Lorn at all, which is disappointing and hopefully something that changes in the next book, and really only liked maybe one or two characters.I also was less than in love with the translation, even though it's Pevel's same translator. Some of the sentences seemed unduly awkward and there a few apparent grammar issues. Again, hopefully that gets better with the next book.Although I thought this book had some major flaws, it does a good job of creating intrigue and suspense. It really isn't easy to figure out everyone's motives and what is going to happen next. Plus, (view spoiler)[cliffhanger ending. (hide spoiler)] So, sometimes I don't really like the first book in a series, but end up loving the rest. I hope that's the case in this instance.

  • Mina Soare
    2018-11-18 23:00

    Malheureusement, je n'aime plus autant la fantasie medievale, donc j'ai lu cette livre pour apprendre français un peu. Ayant dit cela, on peut voir depuis la première page que l'écriture est remarquable et moi, je ne peux que aimer Le Chevalier.Généralement, je n'aime pas la IIIeme personne en narration - ici, ça a été utilisé pour cacher les pensées du personnage principal, en utilisant, cependent, ses actions et ses mots seulement pour créer un Lorn plus profond qu'il aurait été, et ça, c'est vrai pour les autres aussi. Je dois comparer ça a A Game of Thrones, parsque là on sait ce que le protagonist pense, et le plot devient pour ça, plus inquietant. Mais avec Lorn et les autres on trouvera au fin du livre que on ne sait, en fait, rien de lui. Là on apprendrait a ne pas savoir qui serait vainqeur, mais ici, malgré le succes avoué de Lorn, on ne sait ni ses intentions, ni ses motives.

  • Metodi Markov
    2018-12-06 21:04

    Не съм чел по-скапано фентъзи! Ама наистина, а съм чел бозици като Колелото и Мечът на истината...А имах големи очаквания от първата ми среща с този френски автор. До сега бях чел само френска фантастика и комикси, които са просто чудесни, много разнообразни и носители на нови идеи и приключения. В Рицарят няма нищо подобно - само скука и клишета...Лошо написана книга, нескопосан стил на изразяване, кофти описания на света и героите, самата преводачка няма май за какво да бъде обвинена, просто нивото е много ниско. Истинска мъка ми бе да прочета последнте 250 страници, все очаквах нещо да се случи, историята малко да се разчупи и да избяга от посредствеността, но уви, даже когато в края имаше минимално развитие, разочарованието ми си остана наистина голямо. Не харесах нито Лорн, нито съратниците му или каузата му.Имам и втората книга от поредицата, но не знам дали въобще ще си губя времето да я чета - и тя е 600+ страници...

  • Yoruichi
    2018-11-25 17:55

    le style est simple, l'histoire basique, mais tout est suffisamment bien ficelé pour y prendre beaucoup de plaisir.

  • Kalthea
    2018-11-30 20:57

    Quelques longueurs notamment dans les 230 premières pages.

  • Chloe
    2018-12-04 20:59

    Appartenant à la Garde grise, compagnie d'élite servant et protégeant Erklant II, le Haut-Roi, et s'apprêtant à épouser Alissia de Laurens, fille du duc de Sarme et Vallence, Lorn Askariàn était promis à un avenir radieux jusqu'à ce que ses rêves basculent. Accusé de haute trahison, le chevalier fut condamné à l'emprisonnement au cœur de Dalroth, une forteresse habitée par l'Obscure, force maléfique entraînant ses victimes dans les ténèbres. Les prisonniers les plus forts parviennent à résister quelques années, mais la lente corruption de l'Obscure emporte la majorité dans la folie bien avant la première.Trois ans plus tard, le Haut-Royaume est en déclin. Son souverain est extrêmement affaibli et l'autorité de la reine Célyane est contestée suite à sa décision de céder l'Angborn, pivot des Cités franches, à l'Ygaärd. Une tentative d'alliance très mal perçue puisque ces deux puissances sont les plus fortes des royaumes d'Imélor, un projet inquiétant pour les autres souverainetés, mais également parce que cet acte insulte les soldats ayant bravement combattu contre l'abandon de cette même cité à l'Yrgaärd. Ainsi, la rébellion gronde.Suite à la visite d'un émissaire envoyé par l’Assemblée d’Ir’kans, dont les Gardiens sont chargés d'accomplir la volonté du Dragon du Destin, Erklant décide d'organiser un second procès afin d'innocenter Lorn Askariàn. Une fois libéré de ses geôles, celui-ci est nommé Premier Chevalier du Royaume, ce titre lui donnant le pouvoir de représenter le Haut-Roi lorsque ce dernier est absent. Reconnu par le Dragon du Destin comme possédant un rôle important à jouer, Lorn Askariàn peut devenir le héros qui sauvera le Haut-Royaume de sa ruine tout comme celui qui causera sa perte.Pierre Pevel est connu pour ses cycles d'uchronie de fantasy, notamment sa trilogie Les Lames du Cardinal qui se déroule dans la France du XVIIe siècle lorsque Richelieu était le principal ministre de Louis XIII. Cependant, avec Haut-Royaume, l'auteur nous propose un univers créé de toute pièce où il peut laisser libre cours à son imagination sans être freiné par l'aspect historique. Ainsi, les amateurs pourront retrouver tout ce qui forge le style de cet écrivain dans un récit entièrement original. Pour les novices, c'est l'occasion de plonger au cœur de son œuvre et y découvrir ce qui en fait son intensité.Bien que quelques chapitres se placent sous le point de vue d'autres personnages, ce premier tome se concentre essentiellement sur Lorn Askariàn. Par ailleurs, celui-ci porte le nom de Chevalier à l'Épée auprès du Dragon du destin, d'où le titre du roman.Lorn est un héros plutôt fascinant. Construit comme un être ayant subi une chute dont il est difficile de se relever, le chevalier en a acquis une nouvelle profondeur. En effet, le personnage est présenté comme victime d'une injustice, et bien que les circonstances l'amènent à être libéré, il n'en demeure pas moins brisé et marqué par cette force qu'est l'Obscure. Ainsi, Lorn porte toujours une épée de Damoclès au-dessus de sa tête, l'Obscure pouvant s'emparer de son âme et l'entraîner à jamais dans les ténèbres. Une lutte intérieure, mais également extérieure par le biais de crises de manque tant le personnage fut habitué à cette présence maléfique durant son séjour à Dalroth, qui posent un dilemme au héros. Le pouvoir de l'Obscure peut être un véritable atout lors d'un combat, ce qui rend très tentante l'idée d'apprivoiser cette capacité.Au final, nous suivons un personnage qui a su faire preuve de sa bonté et sa compassion - notamment en sauvant son meilleur ami Alderan, fils du Haut-Roi, de l'emprise de la drogue qu'est le kesh - mais dont l'emprisonnement a noirci le cœur, lui donnant par ailleurs, l'envie de se venger. Ainsi, à tout moment de l'histoire, il est impossible de savoir si Lorn effectue une action parce qu'elle lui semble juste, ou s'il calcule ce qu'elle pourra lui rapporter. Bien que le lecteur souhaite que la première option soit la bonne, d'autres protagonistes et plusieurs situations lui rappellent que la seconde est toute aussi probable.Le Chevalier narre donc l'aventure d'un héros, ou anti-héros selon les instants, dont les nuances font irrémédiablement écho à l'univers dans lequel il évolue. En effet, les deux royaumes principaux d'Imélor sont protégés par des divinités aux attributions antagoniques - Eyral, Dragon de la Connaissance et de la Lumière pour Haut-Royaume, et Orsak'yr, Dragon de la Mort et la Nuit, surnommé le Grand Dragon Noir, pour Yrgaärd - des notions du bien et du mal qui s'affrontent sans cesse.Concernant les proches de Lorn, nous pouvons signaler Alan, diminutif d'Alderan, est décrit comme un être lumineux, dont la personnalité joyeuse et chaleureuse séduit toute personne. Cependant, sa première apparition montre son addiction au kesh et la déchéance que cette drogue provoqua chez lui. De même, derrière ses sourires, Alan dissimule de sombres pensées, et même de la rancœur envers son meilleur ami. Reik Vahrd est un autre exemple puisque au-delà de ses intentions de servir le Haut-Royaume, il n'hésite pas à braver les interdits lorsqu'il est question de sa fille, même s'il doit s'élever contre la volonté d'une haute autorité. Les membres de la Garde d'Onyx n'échappent pas à la règle. S'ils semblent tous animés d'une volonté de servir une juste cause, certains révèleront un passé bien plus sombre qu'il n'y paraît.Nous pouvons aussi noter le caractère des différentes figures politiques. La reine Célyane est totalement imbue de sa personne et ne vit que dans la joie que lui offrent sa position et son pouvoir sur les autres. De son côté, le Haut-Roi tente de racheter ses erreurs, même si ses décisions paraissent surréalistes aux yeux d'autres personnages. Il y a également une dualité entre Duncan de Feln et Téogen d’Argor. L'un cherche à mener une rébellion avec un objectif purement égoïste, tandis que l'autre est très respectueux des anciens, de leurs prouesses, et souhaite l'équilibre du Haut-Royaume.Ainsi, les nombreux protagonistes sont ballottés entre ces deux éléments qui régissent le monde, certains penchant davantage vers le bien, d'autres vers le mal, l'auteur jouant parfois avec ces notions puisqu'une action d'apparence juste peut cacher un noir dessein, et vice-versa.À ce sujet, il est intéressant de noter les caractéristiques des deux divinités ennemies. S'il est évident que la Lumière s'oppose à la Nuit, voir la Connaissance antonyme de la Mort est plutôt ingénieux. En effet, tout comme la lumière est indissociable de la nuit, la première créant l'ombre et la deuxième étant éclairée par des étoiles, la connaissance est intrinsèquement liée à la mort. Tout personnage possédant un savoir particulier devient une cible. C'est le cas de Lorn qui, étant au fait de secrets politiques, est envoyé à Dalroth où une partie de lui est morte, mais également celui de Sibellus, archiviste du royaume, et donc détenteur de multiples savoirs écrits, qui se trouve menacé.Ce premier tome de Haut-Royaume nous offre sans nul doute un récit épique. Bien que les enjeux politiques soient les éléments déclencheurs et demeurent le cœur des implications de chaque personnage, l'histoire est ponctuée de combats époustouflants.Sur ce point, Pierre Pevel use de description d'un réalisme qui n'épargne aucun détail. Bien que les guerriers jouissent de dextérité, leurs mouvements ne paraissent jamais insensés. Ainsi, sans effets de style superflus dans les gestes, la violence en est plus accrue et plus frappante. L'auteur nous donne donc le ton : une bataille n'est pas un jeu. De cette manière, le lecteur ressent chaque blessure, chaque goutte de sang, et même si l'annonce d'entrailles dégoulinantes peut dégoûter, cette initiative n'en demeure pas moins louable.Par ailleurs, étant un récit de fantasy, celui-ci permet d'inclure des touches d'imaginaire très plaisante dans ces lieux de souffrance. Le pouvoir de l'Obscure évoqué plus tôt est exploité de différentes façons, l'une d'elles proposant des attaques d'une animalité qui ne détonne pas avec la brutalité des combats. De même, l'introduction de vyvernes permet d'ajouter une note aérienne du plus bel effet.Le soin apporté à ces descriptions concorde parfaitement avec celui effectué à la construction de l'univers. Si Le Chevalier nous conte une histoire s'étendant essentiellement sur l'année 1547, plusieurs éléments sont présents afin d'y élaborer un passé fourni, à commencer par la narration.En effet, de nombreux chapitres débutent avec une petit paragraphe en exergue dont la légende indique qu'il est extrait d'un livre particulier des Chroniques. Les Chroniques des Royaumes d’Imélor renferment à la fois l'Histoire, mais également la légende d'Imélor. Contenant des récits de voyage, des réflexions philosophiques, des prières, les Chroniques sont un véritable pilier sur lequel s'appuie les habitants des différents royaumes. Les exergues nous signalent une douzaine de livres : le Livre du Chevalier à l’Épée, le Livre des Rois, le Livre d’Ombre, le Livre des Secrets, le Livre de la Guerre des Trois Princes, le Livre des Prières, le Livre d’Élarias, le Livre du Haut-Royaume, le Livre des gloires et défaites de l’Argor, le Livre des Cités, le Livre d’Oriale, et le Livre des Dragons. Chacun des paragraphes permet d'introduire une nouvelle information au lecteur, que ce soit au sujet d'un culte, d'un fait historique, ou autre, mais certains d'entre eux apparaissent comme étant un morceau de narration du roman. Ainsi, le lecteur a l'impression de lire lui-même un livre spécial de ces Chroniques.De plus, plusieurs personnages instruits n'hésitent pas à parler de certains événements clefs de ce monde. Malheureusement, et c'est l'un des rares points noirs du roman, ces rappels deviennent des redondances. Il est fréquent qu'un fait historique soit énoncé lors d'un chapitre puis que ce même fait soit de nouveau évoqué dans un chapitre suivant avec des phrases semblables. Cependant, ces insistances peuvent être mises sur le compte de la crainte de l'auteur de perdre son lecteur.Finalement,Le Chevalier est un excellent premier roman de cycle. Pierre Pevel prend le temps de poser quelques bases, ce qui donne furieusement envie de lire ces fameuses Chroniques, tout en développant une intrigue autour d'un personnage principal très charismatique. Jouant avec la dualité qui régit le monde, l'auteur nous offre des événements hauts en couleur qui ne peuvent que captiver le lecteur. La fin, bien que parfaitement frustrante si l'on ne possède pas le second volet à portée de main, conclue avec brio ce tome. Un petit regret cependant, l'absence de carte qui empêche de véritablement visualiser les contours d'Imélor et de suivre précisément le parcours des protagonistes.

  • Veselin Nikolov
    2018-12-14 18:42

    Тъмна магия и дракони се боричкат за власт върху кралството. Една от пешките, рицарят Лорн, се бори със сили, които са многократно превъзхождащи неговите собствени.Има друг Лорн във фентъзи света, който прави същото - Адюнктата Лорн, но тя е безкрайно много по-симпатичен герой. Нейната сила е използването на процес и дисциплина, за да се справя с безчетните асценденти в света на Малазанската империя. Лорн на Пиер Певел е по-скоро като черния елф на Салваторе, някак неунищожим, малко по-мръсен.Фентъзито е прилично, става за дълъг полет в самолет или дъждовен ден по време на морска ваканция. Три звезди, защото ми предизвика първия читателски блок за годината.

  • Redletalis
    2018-11-19 21:05

    An easy read, epic dragons and excellent action, but ruined by an omniscient style that tells every detail about everything and everyone rather than shows. Book 2 of the series isn't even translated from French.Full review on my blog:https://redletalis.wordpress.com/2018...

  • Gil Estel
    2018-11-15 17:51

    Историята на Първият Рицар на Върховното кралство ни отвежда в един мрачен свят - Върховното кралство е в упадък и Тъмнината царува не само като метафора, но и буквално. Пиер Певел се е справил чудесно с подобно тъмно и нестандартно фентъзи, където конфликтът остава неясен, а изненадите в сюжета чести. :)

  • Svetlina Georgieva
    2018-12-15 00:58

    A decent read for lazy afternoons. Nothing spectacular though.

  • Christophe Bouillet
    2018-12-03 21:42

    Très bon cycle d'héroic fantasy par un auteur français. Emprunté à la BFM de Limoges

  • Kahlan
    2018-11-23 20:42

    Pierre Pevel est réputé dans un domaine bien particulier, l'uchronie de fantasy. Ses univers sont souvent fortement inspirés d'une époque précise, et donc documentée, de notre Histoire, mais ils diffèrent de notre monde réel par la présence d'éléments fantastiques, parfois lourds de conséquences. Je ne sais pas très bien pourquoi je vous raconte ça, si ce n'est pour vous dire que justement, cette fois, ce n'est pas le cas ! J'ai vraiment eu l'impression de découvrir une toute nouvelle facette de l'auteur. Haut-Royaume, tome 1 : Le chevalier marque l'excellent début d'une formidable saga de fantasy épique.Ce qui m'a marquée le plus, au cours de cette lecture, c'est principalement le fait que ce roman se lit avec une facilité déconcertante. Les précédents livres de Pierre Pevel que j'ai eu l'occasion de lire faisaient partie de la saga Les lames du Cardinal, et se basaient donc sur un canevas historique parfois lourd à porter, avec quelques descriptions du Paris de l'époque un petit peu longuettes. Ce n'est absolument pas le cas ici, l'univers qu'on nous propose est original et malgré tout très classique. On rentre très vite dans l'histoire, mais on découvre peu à peu qu'il est aussi plus complexe qu'il ne paraît de prime abord.Et son âme ? A vrai dire il s'en moquait, convaincu que s'il en avait possédé une, elle était morte à Dalroth.Lorn est un personnage sombre, difficile à cerner, auquel on ne s'attache pas forcément tout de suite. Un chevalier qui a choisi de se laisser gagner par l'Obscure plutôt que de lui résister, un acrobate en équilibre précaire sur le fil qui sépare le Bien du Mal, un homme aux motivations qui restent douteuses, même après la lecture de ce premier tome. Il est entouré d'une galerie très agréable de personnages secondaires intéressants : du solaire prince Alan aux ténébreux membres de la Garde d'Onyx, en passant par le Haut-Roi et son prisonnier, Serk’Arn, le Dragon de la Destruction. Tous ont un rôle à jouer et on les suit avec plaisir.Mais au final, ce qui m'a définitivement emportée, c'est la dimension épique de ce récit. De retour au premier rang de la scène politique, Lorn se retrouve plongé, pas tout à fait malgré lui au demeurant, au cœur d'intrigues et de sombres complots. Son but avoué : rétablir la grandeur de Haut-Royaume et l'autorité du Haut-Roi, et pour ce faire, il est armé d'une détermination sans faille. Mais on lui devine malgré tout un objectif moins avouable et mystérieux, important élément de suspens dont Pierre Pevel est très habile à jouer, avant de conclure par un dénouement fort agaçant tant il donne envie de lire la suite !J'ai adoré ce roman, obtenu lors de la dernière opération Masse Critique de Babelio. C'est une véritable fresque épique qui s'annonce, et je ne sais pas vous, mais moi j'ai vraiment hâte de voir se dessiner la suite...

  • Céline - Tasse de culture
    2018-11-28 22:55

    Lorn Askarian est libéré après 3 ans d'emprisonnement et nommé Premier Chevalier du Haut-Royaume alors que celui-ci est sur le déclin. Il a une Destinée. Il doit y faire face et restaurer l'honneur du Haut-Roi quelqu'en soit le prix. Ce premier tome pose le contexte, l'histoire et les personnages du monde imaginé par Pierre Pevel tout en ayant une intrigue prenante et rythmée jusqu'à une fin qui ne m'a laissé d'autres choix que d'attaquer immédiatement le tome 2 !

  • Rêveuse Eveillée
    2018-12-11 01:40

    En finissant ce livre, je n'ai été obnubilée que part une chose : comment vous en parler sans vous spoiler ? Une chose est sûre : Pierre Pevel met la barre très haut avec ce premier tome ! Je peux vous dire sans hésiter que c'est un coup de coeur. L'Univers dépeint par l'auteur est tout simplement à couper le souffle et d'une grande richesse. Les villes, les paysages, les bâtiments nous sont décrits avec précision sans entrer dans des descriptions ennuyeuses. On se croirais projeté dans l'univers du Haut-Royaume. L'intrigue politique est tout simplement incroyable et très bien ficelée. Le Chevalier fait partie de ces livres auxquels il faut s'accrocher pour bien suivre sous peine de ne rien comprendre aux tenants et aboutissants de l'intrigue.Les personnages sont hauts en couleur et pas toujours clean (Alan, Lorn...) ; ce qui nous permet d'avoir plusieurs sous-intrigues intéressantes sur les personnages et ne pas rester centrés uniquement sur tout ce qu'il se passe au niveau politique. Mais il ne faut pas oublier que le Haut-Royaume est sur le déclin : le roi est mourant et la reine est en passe de prendre le pouvoir. C'est la cession de la ville d'Angborn qui se trouve au centre de l'intrigue.Lorn, le personnage principal, en tient une bonne couche : accusé de trahison puis envoyé à Dalroth, endroit emplit d'Obscure, c'est brisé et en quête de vengeance qu'il revient au service du roi. Il n'est plus que l'ombre de lui-même, et pour cause.Dans le Haut-Royaume, toute une mythologie draconique est mise à l'honneur. On retrouve des dragons, des vyvernes, des draps et autres créatures reptiliennes. Sans oublier l'Obscure, la plus grande menace : une chose abstraite et palpable qui ronge les personnes atteintes de l'intérieur. L'univers du Haut-Royaume est sombre, monstrueux, intense ; tout simplement incroyable ! Sans oublier le cliffhanger final qui remet absolument tout en question. Je dois dire que je me suis prise une claque magistrale avec ce premier tome incroyable. Je n'ai qu'une envie : me plonger dans la suite !

  • Séverine
    2018-11-18 22:43

    Le Haut-Royaume est en plein déclin : le Roi est mourant, la Reine régente à une côte de popularité proche de celle de notre président, un Prince héritier qui fait pâle figurine, son petit frère qui se drogue allègrement au kesh pour fuir tout ça ET pour renflouer les caisses de l'état, la Reine décide de vendre Angborn, une terre pour laquelle son Roi s'est vaillamment battu pour l'obtenir. Ce qui, évidemment, ne plaît à personne... Alors pour sauver le Royaume, le Roi sort de ses geôles Lorn Askariàn, le nomme Chevalier du Trône d'Onyx pour sauver le pays.Pour mon premier Pevel, je dois dire que c'est une réussite ! On a tout ce qu'il faut dans Haut-Royaume pour passer un excellent moment : de l'épique, de la baston, de l'intrigue politique, du cliffhanger et un héros bien badass. Que demander de plus?Ce roman est extrêmement bien écrit, c'est fluide et ça se laisse lire très facilement sans problème. Le seul problème que je soulèverais, c'est que l'auteur se répète un peu trop par moments. Disons que c'est le genre d'infos qui reviennent tellement de fois, qu'à la fin on ne peut pas s'empêcher de dire "Oui bah c'est bon, on avait compris pour le pouvoir de l'Obscure! La première et la cinquième fois aussi...".Les personnages comme les décors sont très bien décrits, on arrive sans peine à imaginer une scène ou saisir la personnalité d'un personnage, important ou non, avec une mention spéciale pour Lorn. Un personnage sombre dont j'ai réussi à m'attacher, qui en veut à toutes les personnes qui ont fait qu'il est partit en prison. Lui et son chat (roux, qui plus est), sont des personnages atypiques que j'ai adoré suivre.Par contre, l'auteur nous laisse sur notre faim ! Ce cliffangher est insoutenable, et j'ai hâte de me lancer dans le deuxième tome de la saga pour savoir ce qu'il en est vraiment !En bref, Haut-Royaume est LE livre qu'il faut s'offrir à Noël, pour passer une bonne fin d'année !

  • Arbraxan
    2018-12-01 01:36

    With "The Knight" (Le Chevalier) Pierre Pevel begins a new series of fantasy novels. The story recounts how Lorn, a former member of the King's Guard convicted for treachery who lost part of his soul to the maleficent dungeons of Dalroth, is declared innocent and invested with a mission to restore the High Kingdom (Haut-Royaume) to its former glory. Readers of his previous novels will quickly warm up to Pevel's familiar decorum including dragons, draks, vyverns and similar creatures, and enjoy the moral ambiguity pervading Pevel's work as usual. Throughout the novel Pevel does generally good work in portraying the main character's inner torments, though some questions regarding Lorn's motivations and actions felt being left open-ended. Doing what he usually does best, Pevel incorporates thrilling plot twists in the story line by adding crucial bits of information in critical situations, thereby keeping the reader on the edge. That being said, the novel did not present me with anything radically new regarding both content and style. As in several of his prior novels a male hero has to come to terms with his inner demons while trying to save the day in a fabulously well-depicted setting. Further praise is owed to the fact that Pevel's novel does not suffer from a particularly slow build up. The narrative is consistently told in the third person.In sum, "The Knight" is a more-than-solid piece of fiction - at times bordering on dark fantasy - with great plot twists, good character build-up and a well-written setting. However, (to the best of my knowledge) it doesn't present any narrative innovations and doesn't incorporate any new concepts into fantasy, being on par with most of Pevel's previous work.

  • Alicemarie
    2018-11-20 17:41

    Lorn Askariàn avait tout pour lui, ami d'un prince, fiancée à une belle jeune noble qu'il aimait de tout son cœur, respecté de tous et du roi qui l'aimait comme un fils; il semblait destiné à un avenir glorieux et heureux.Mais, accusé de haute trahison, il va être envoyé à la prison de Dalroth dont on ressort rarement vivant, ou tout du moins plus sain d'esprit. Mais 3 ans plus tard, son meilleur ami, le prince Alderan vient le sortir de là, blanchit par le roi.On découvre dans ce livre un personnage principal complexe et solitaire, ni noir ni blanc, indifférent et sombre, il fait la force de ce récit au détriment parfois des personnages secondaires un peu laissés à l'abandon.L'histoire prend place dans un univers de fantasy ordinaire mais les intrigues de pouvoirs et de diplomatie et la mythologie draconienne sont très prenantes. Premier livre que je lis de cet auteur, j'ai découvert une écriture rythmée et immergeante, les chapitres courts et incisifs nous porte jusqu’à un final réussi et très surprenant!Un réel plaisir à lire!Chronique plus complète: http://wheresalicemarie.blogspot.fr/2...

  • Sasha
    2018-12-03 00:03

    So I was originally going to give this book 3 stars but after what happens in the last few pages, I now consider it worth 4 stars. I initially disliked this book, at least the first few chapters, and especially the main character Lorn. I felt like there was no depth to him; the best moments where his interactions with his friend Prince Alan, as these times showed that Lorn was not just a sullen, brooding medieval Edward Cullen. Further through the book, there still is not much character development other than little bits and pieces. However, the real intrigue of this story is the corruption and treachery that usually accompanies a disheartened kingdom. The ending. I noticed many people have mentioned the ending in their reviews and how could they not. For me, the final chapter was my favourite part. It shows me that the next book will another step up from the backstabbing and betrayal already witnessed in this book.

  • Amélie
    2018-11-24 23:46

    Obtenu grâce à l'#OP1000K de Bragelonne.Je n'avais jamais lu de Pierre Pevel, même si j'ai entendu beaucoup de bien de son oeuvre, notamment Les Lames du Cardinal.Le Chevalier est, dans l'ensemble, très prenant. L'intrigue avance (très) lentement, mais j'ai pris plaisir à la découvrir. L'univers est bien travaillé, les personnages plutôt intéressants. Côté écriture, beaucoup de répétitions assez lourdes (notamment d'auxilliaires, enfin en même temps ils sont durs à éviter...) et quelques tournures que j'ai trouvées maladroites, mais ça reste correct.Je pense me procurer le deuxième opus très bientôt, d'autant plus que la fin m'a bien intriguée...

  • Zord
    2018-12-05 19:50

    A knight who was imprisoned unjustly who was thrown into a succession turmoil with him resurrecting an ancient order that was based on honor and loyalty and the portrayal of an utterly unconvincing loyalty towards him when the order is achieved with 5-6 men. Placed into the lie that he's royal born, all (foreshadowed) to create turmoil and chaos because of the blackness in his heart for revenge on those who wronged him, just when its discovered perhaps his imprisonment wasn't framed at all.

  • Daniel
    2018-11-26 01:04

    Vrlo zabavna knjiga. Jedino sto je prevod na momente dosta slab.

  • Rinne
    2018-11-25 21:52

    Mais… WHAT CETTE FIN ?!?Maintenant que c’est dit, passons au début